Romane Bohringer donne des nouvelles de son père Richard.

Romane Bohringer donne des nouvelles de son père Richard.

La comédienne Romane Bohringer raconte sans détour le combat que son père, atteint d’un cancer du système nerveux, a mené contre la maladie.

En avril 2014, Richard Bohringer, qui jouait sur scène avec sa fille Romane la pièce “J’avais un beau ballon rouge”, dut interrompre les représentations. Le comédien devait mettre toutes ses forces dans la bataille pour lutter contre le cancer du système nerveux dont il se découvrait atteint. À plusieurs reprises, l’interprète inoubliable du Grand chemin a livré des détails sur son douloureux parcours.

En mai 2016, il évoquait sans détour les affres de la maladie à nos confrères du Journal du dimanche : “Tu te fais six mois de séjour à la Salpêtrière avec un cancer cérébral, t’agonises, tu ne sais pas comment tu vas t’en sortir. Et là, tout te paraît vain, même un bouquin. J’ai eu droit à tout, choc septique, pleurésie, perte de la mémoire, de la parole, des jours et des jours sous perfusion. Ça a laissé des traces terribles sur mes proches. Mais ils ont été super.”

richard bohringer

Dans les colonnes du Gala qui sort en kiosques aujourd’hui, sa fille Romane Bohringer donne des nouvelles du vieux saltimbanque. “Il va très bien. Il est guéri !” assure la co-réalisatrice de L’Amour flou. “C’est un sacré combattant. C’était un gros coup dur, mais il s’en est sorti assez miraculeusement.”

Romane

En septembre dernier, Richard Bohringer remontait sur scène au Théâtre de l’Œuvre à Paris, pour jouer sa pièce, adaptée de son roman éponyme, “Traine pas trop sous la pluie”. “Ce retour sur scène, c’est pour me donner la force de rebondir. C’est pour vivre, en fin de compte. Tout simplement”, avait-il confié au micro d’Europe 1.

Bohringer

La reprise du travail pour cet amoureux du théâtre n’est pas étrangère à cette rémission, pense également sa fille. “Je crois énormément aux vertus du théâtre. Quand il était en voie de rémission, on jouait ensemble dans “J’avais un beau ballon rouge”. Lors des premières représentations, je l’ai vu très fragile, puis se déployer, retrouver toute sa force. Il était porté par son courage, sa force, la médecine et le public.”

La suite ====>

Laeticia Faubert

Je suis l'administratrice de du site, merci les filles.