Jean-Luc Reichmann : sa soeur handicapée, son “combat” qu’il confie.

Jean-Luc Reichmann : C’est lors d’une interview menée par le magazine de l’AIMETH que Jean-Luc dévoile sa carrière pro et de sa vie privée.

Par la même occasion, Jean-Luc Reichmann parle de sa sœur et évoque le combat qu’ils mènent ensemble dans leur vie.

Jean-Luc Reichmann le célèbre animateur des “12 coups de midi” vient d’avoir 59 ans.

Derrière cet homme arborant toujours un sourire qui illumine nos pauses déjeuner, se cache en fait un frère aimant et très attentionné envers une petite sœur malentendante.

Un “combat” qu’il confie aux journalistes de CDH dans le magazine n°17 d’avril 2019.

célèbre animateur

UNE MALADIE DÉCOUVERTE TARDIVEMENT

La surdité de la sœur à Jean-Luc Reichmann (Léo Mattéi) n’a été découverte qu’à partir de l’âge de 2 ans.

Toute petite, elle n’arrivait toujours pas à parler correctement et avait des difficultés pour suivre une conversation avec ses interlocuteurs.

C’est à ce moment-là que les parents ont commencé à s’inquiéter contrairement aux médecins qui, eux, pensaient que c’était tout à fait normal.

Toutefois, en ce temps-là il n’était pas évident de dépister cette forme de maladie vu les moyens dont ils disposaient.

combat

“Les premiers signes ont été un retard de langage qui aurait dû alerter les spécialistes. Pourtant, ils nous ont dit de ne pas nous inquiéter, que la parole allait venir…

mais il ne s’est rien passé. Il est vrai qu’à l’époque, il y a plus de 45 ans, on n’avait pas les moyens technologiques d’aujourd’hui.” raconte la voix de Porco Rosso.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Bon dimanche à Tousss 😂😂😂 Vu au Cabinet … de Cire 🕯 👍 😇 🌟

Une publication partagée par Jean-Luc Reichmann (@jean.luc.reichmann) le

UN COMBAT QU’ELLE MÈNE AU QUOTIDIEN

En grandissant, la petite sœur du célèbre présentateur Jean-Luc Reichmann s’est adaptée à sa condition et a courageusement décidé de vivre comme les autres malgré son handicap.

En 2019, elle fait des petits boulots, comme caissière dans un hypermarché, et reçoit les clients.

magazine de l’AIMETH

La vie qu’elle mène est un combat quotidien, mais elle en est heureuse.

“Ma sœur a choisi sa vie et n’a pas souhaité signer une reconnaissance de handicap même si elle est sourde et pourrait bénéficier d’un taux d’incapacité à 90 %.

Aujourd’hui, elle est appareillée en contour d’oreille et lit sur les lèvres, une pratique qui s’est faite naturellement” explique l’animateur avant de poursuivre :

Jean-Luc Reichmann : “Elle a travaillé vingt ans dans le laboratoire d’un prothésiste dentaire où elle était renfermée sur elle-même et ne communiquait pas.

Reichmann

Depuis trois ans, elle a décidé de devenir hôtesse de caisse dans un hypermarché pour pouvoir être en contact avec les gens et s’ouvrir aux autres.

Le contact passe bien avec les clients qui font la queue à sa caisse ; il est écrit qu’elle est malentendante et qu’il faut lui parler en face, mais pas trop vite car elle lit sur les lèvres.

En choisissant sa vie, elle n’a jamais été aussi épanouie !” confie-t-il au CDH, magazine officiel de l’AIMETH.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

« Le jour où je vais disparaître, j’aurai été poli avec la vie car je l’aurai bien aimée et beaucoup respectée. Je n’ai jamais considéré comme chose négligeable l’odeur des lilas, le bruit du vent dans les feuilles, le bruit du ressac sur le sable lorsque la mer est calme, le clapotis. Tous ces moments que nous donne la nature, je les ai aimés, chéris, choyés. Je suis poli, voilà. Ils font partie de mes promenades et de mes étonnements heureux sans cesse renouvelés. Le passé c’est bien, mais l’exaltation du présent, c’est une façon de se tenir, un devoir. Dans notre civilisation, on maltraite le présent, on est sans cesse tendu vers ce que l’on voudrait avoir, on ne s’émerveille plus de ce que l’on a. On se plaint de ce que l’on voudrait avoir. Drôle de mentalité! Se contenter, ce n’est pas péjoratif. Revenir au bonheur de ce que l’on a, c’est un savoir vivre. » Olivier de Kersauson Bon dimanche à Tousss 🌵☀️ 💨 😜

Une publication partagée par Jean-Luc Reichmann (@jean.luc.reichmann) le

UN COMBAT QU’IL LIVRE POUR ELLE

De son côté, Jean Luc Reichmann faisait également tout son possible pour venir en aide à sa petite sœur adorée.

En effet, pour lui la famille est ce qu’il y a de plus cher et il le montre dans les efforts qu’il déploie pour alléger le fardeau de celle-ci ainsi que celui de toutes les personnes qui souffrent de cette même maladie.

soeur handicapée

“Même si l’on vit les choses en parallèle depuis plus de cinquante ans, ma petite sœur est toujours dans mon cœur et a toujours été très importante dans ma carrière.

Elle m’a donné envie de mener des combats à l’époque où je présentais “les Z’amours”, a-t-il confié.

Elle appréciait l’émission, mais n’arrivait pas à la suivre à cause de son handicap qui ne lui permettait pas de comprendre ce que disait les participants faute d’articuler suffisamment.

“Je me suis donc battu pour que toutes les émissions soient sous-titrées.

Je suis heureux aussi d’apporter ma petite pierre à l’édifice de tous ces combats de l’ouverture sur l’autre”, rapporte “Boogie Chou” Jean-Luc Reichmann.

Jean-Luc Reichmann

“Ensuite, quand je suis arrivé sur TF1, j’ai demandé à Etienne Mougeotte qu’il soit précisé dans mes contrats que toutes mes émissions devaient être sous-titrées.

Toute ma vie, je me suis toujours battu en faveur des personnes handicapées afin qu’elles deviennent des acteurs de leur vie.

Aujourd’hui, je suis égoïstement heureux pour ma famille, ma petite sœur, de voir que le sous-titrage est partout.”

UN HOMME REMPLI D’AMOUR

Jean-Luc Reichmann (Léo Matteï) est un homme qui aime énormément sa famille.

Il trouve toujours un moment pour leur adresser des petits messages pleins d’amours et de tendresses comme celui qu’il a envoyé à sa maman sur le plateau de TF1.