J.P Pernaut menacé par le gouvernement ? Détruit, il révèle la triste vérité.

Vous ne pouvez pas avoir manqué le speech de Jean-Pierre Pernaut au journal de 13 heures. Il a souligné les contradictions constantes du gouvernement.

J.P Pernaut n’a pas dissimulé son mécontentement face au gouvernement. Des dispositions qu’il qualifie même parfois comme étant incompréhensibles.


De plus, il souligne également sur le fossé entre les reportages de grands médias et la réalité que vit la population.

Ses commentaires ont été largement diffusés, ce qui a fait de lui la référence sur les réseaux sociaux tout le weekend.

Jean-Pierre Pernaut


Mais son discours le met-il en péril ?

Jean-Pierre Pernaut, un intervenant, mais également un citoyen averti

Jean-Pierre Pernaut a toujours respecté les mesures de confinement depuis la mise en place des dispositions du gouvernement. Il ne prend en aucun cas cette crise sanitaire avec légèreté.

A 70 ans et ayant été atteint d’un cancer de la prostate, il a conscience d’être reconnu comme une victime privilégiée par le covid-19.

Les nouvelles et le travail qu’il fournit tous les jours l’ont rendu très alerte aux nouvelles du moment.


Le nouveau virus est pour lui, et doit être pour tout le monde, une véritable menace. C’est pour cela qu’il fait un discours remarqué.

En réalité, lors de sa toute première et unique sortie durant le confinement pour raisons objectives, Jean-Pierre Pernaut est stupéfait.

Choqué de voir de ses propres yeux le grand nombre de personnes qui se promènent dans les rues. Il ne parvient pas à comprendre comment tant de gens peuvent considérer le confinement avec tant de désinvolture.

Il relève donc le manque de cohérence des informations diffusées par les médias sur le grand nombre de policiers dans les rues, qui infligent des contraventions à des individus parfois seuls et éloignés de tout.

Depuis sa sortie de prison, il a pu se rendre compte de la liberté d’une communauté indifférente.

Les reproches de Jean-Pierre Pernaut à son gouvernement sont justifiés.

Jean-Pierre Pernaut a continué à dresser la liste des contradictions. À la veille de la date du 11 mai 2020, il se montre très inquiet.

journal de 13 heures

Le chef de l’État et son gouvernement a fixé cette date comme celle d’un démantèlement progressif de la France entière, mais les dispositions et le programme de cette nouvelle phase de la crise sanitaire n’ont pas été annoncés.

Et il ne peut être que préoccupé, car les récentes déclarations des différents membres du pouvoir sont tout à fait contradictoires.

En effet, premièrement, il faut que les écoles rouvrent afin de restaurer l’égalité des chances ; deuxièmement, la reprise de l’enseignement n’est plus obligatoire, mais volontaire.

De surcroît, les cantines ne marcheront pas dans tous les établissements scolaires. Deuxièmement, les jardineries sont désormais ouvertes et desservent des douzaines de clients quotidiennement alors que les fleuristes sont toujours fermés.

Ensuite, la situation du gouvernement en ce qui concerne le port de masques est très équivoque. Tout d’abord, il est inefficace, ensuite il est dangereux et aujourd’hui, il est conseillé, mais pas imposé.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean Pierre Pernaut Fan (@jean_pierre_pernaut_fan_) le

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconise la clôture des écoles jusqu’en septembre. Estimant qu’il est inutile de rouvrir les écoles pendant un mois étant donné l’exposition des écoliers, de leurs familles et des professeurs au virus. Quant au port du masque, ce dernier a toujours estimé qu’il devait être le plus généralisé possible. Le pouvoir a récemment permis leur vente dans les débits de tabac. Mais les pharmacies ne seront pas habilitées à les commercialiser.

Une urgence sanitaire qui vous donne le tournis …

Pour Jean-Pierre Pernaut, c’est suffisant pour vous donner le vertige. Il se positionne donc clairement contre le système gouvernemental. Il insiste sur les divergences et l’incompréhension que ressentent de nombreux citoyens français. Mais également leur désespoir. Depuis le 16 mars, les gens sont obligés de suivre en aveugle un gouvernement qui ne sait clairement pas ce qu’il fait.

La conjoncture sans précédent dans laquelle se trouve la France avec pour nos dirigeants également, il leur est difficile de savoir comment réagir face à cette situation. La santé de la population reste un objectif primordial, mais ils ne sont pas sécuritaires pour changer d’avis à un moment donné.

Mais il faut bien comprendre que la crise sanitaire est si particulière que les choix à faire ne se manifestent qu’au fur et à mesure de son déroulement. C’est la raison pour laquelle l’état d’urgence sanitaire a été décrété.

tf1 jean pierre pernaut

Il offre la possibilité de prendre des mesures rapidement et de les appliquer tout aussi rapidement. Mais alors, pourquoi annoncer la date du 11 mai 2020 avec un mois d’avance ? Le virus circulera toujours et le déconfinement permettra d’accélérer à son tour le rythme de la propagation.

La dangerosité du virus est plus que jamais présente, le gouvernement doit agir.

Les Français seront exposés à la perspective d’une seconde vague. Et donc un retour au confinement rigoureux. Jean-Pierre Pernaut a dit à haute voix ce que beaucoup d’entre nous pensent tout bas. Il est donc devenu un symbole sur les médias sociaux. Les utilisateurs d’Internet saluent son courage et le rejoignent dans ses réflexions.

Mais Nicole Belloulet, n’est pas satisfaite de la position adoptée par le présentateur. Garde des Sceaux et ministre de la Justice, elle aurait fait connaître à tous ceux qui veulent bien l’entendre que Jean-Pierre Pernaut est passible d’une sanction pénale.

Il serait interdit de contester le gouvernement en place et son président de la république quand on occupe le poste de présentateur sur TF1 à 13 heures. C’est assez étonnant quand on connaît la place qu’occupe la liberté d’expression en France.

Et en réalité, il ne s’agissait pas d’une affirmation du gouvernement. Un compte twitter inventé de toutes pièces aurait donc fait passer cette fausse information sur les poursuites pénales.

Jean-Pierre Pernaut n’a pas à se soucier de cela, simplement parce qu’il a fait une analyse précise de la situation existante. Quant aux dispositions de déconfinement, elles doivent être annoncées cette semaine. C’est une attente en demi-teinte.

En même temps, nous souhaitons connaître les différentes mesures adaptées au déconfinement, mais en même temps nous nous sentons fatigués par les discours contraires de nos leaders. Espérons que cette fois, tout sera aussi translucide que nécessaire, en attendant les nouvelles règles de la ministre de la transition écologique.