Le gouvernement va annoncer des nouvelles mesures pour répondre aux «gilets jaunes».

Gouvernement : Alors que l’exécutif entame une concertation de trois mois pour faire face à la crise des « gilets jaunes ».

le Premier ministre Edouard Philippe, qui doit recevoir les chefs des partis politiques et des représentants du mouvement cette semaine, annoncera de nouvelles « mesures » au terme de ces consultations.

Après la réception des chefs de partis représentés au Parlement ce lundi, décidée après les graves violences du week-end à Paris, le Premier ministre recevra mardi après-midi un collectif de « gilets jaunes » prêt à discuter avec l’exécutif, a annoncé Matignon dans un communiqué.

Edouard Philippe

Des « mesures destinées à permettre le déroulement serein de la concertation »

Le gouvernement annonce également un débat à l’Assemblée nationale mercredi et au Sénat jeudi, en vertu de l’article 50-1 de la Constitution, c’est-à-dire sans engager sa responsabilité. Matignon n’a pas précisé dans l’immédiat si ce débat donnerait lieu ou non à un vote.

« L’ensemble des consultations, ainsi que celles ayant eu lieu la semaine dernière, conduiront le Premier ministre à annoncer les mesures destinées à permettre le déroulement serein de la concertation décentralisée souhaitée par le président de la République, et à assurer le maintien de l’ordre et le respect de la loi », écrit Matignon dans son communiqué. Le Premier ministre se rendra par ailleurs mardi matin à la réunion de groupe des députés LREM à l’Assemblée nationale pour un « échange avec le groupe majoritaire », précise encore son cabinet.

gouvernement

Plus d’une centaine de lycées bloqués totalement ou partiellement, selon le ministère de l’Education

La colère monte aussi chez les lycéens qui protestent contre la réforme du baccalauréat et de Parcoursup. Plus d’une centaine de lycées étaient bloqués totalement ou partiellement, ce lundi matin en France, selon le ministère de l’Education nationale​.

Les syndicats lycéens (UNL, SGL, Fidl etc.) protestent contre la réforme du baccalauréat, du lycée et la plateforme d’accès aux études supérieures Parcoursup. Le SGL évoque un « mouvement social de contestation aux multiples revendications ». Dans un communiqué, ce syndicat réitère également « son soutien aux “gilets jaunes” pacifistes » et « déplore » les violences commises au cours du week-end dans le sillage de ce mouvement.

nouvelles mesures

« Macron démission ! »
Selon les premières remontées des rectorats, parmi les académies les plus touchées figurent celle de Toulouse (une quarantaine d’établissements perturbés) et Créteil (une vingtaine d’établissements). A Nice, près d’un millier de lycéens ont manifesté en soutien aux « gilets jaunes » aux cris de « Macron démission ! ». Dans l’académie de Créteil, « les tensions se concentrent à l’extérieur », à proximité des établissements, a précisé le rectorat de Créteil.

Une voiture a été incendiée près d’un lycée professionnel d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), à une station de métro de Paris, où des dizaines de jeunes s’étaient rassemblés, a-t-on appris de source policière.

A Paris, il y a eu une dizaine de tentatives de blocages mais la plupart ont été levés rapidement, a-t-on indiqué au rectorat. Aucun établissement n’est entièrement bloqué et six ou sept avaient un blocage filtrant.

Des manifestations ont également mobilisé en Nouvelle-Aquitaine plusieurs milliers de lycéens lundi dans les rues de Bordeaux, Limoges et Pau, où des affrontements ont eu lieu avec la police qui a procédé à plusieurs interpellations.

Réforme des lycées: «Le bilan est contrasté selon les établissements»