Enrico Macias : ses confidences bouleversantes sur sa femme Suzy.

Difficile de panser ses plaies. En 2008, Enrico Macias perd sa femme, Suzy,décédée au cours d’une quatrième opération du cœur.

Une plaie béante. Vendredi 1er février, sur l’antenne de RMC, Enrico Macias est revenu avec émotion sur le décès de son épouse Suzy, survenu en 2008.

La fin d’une vie à deux et d’une histoire d’amour longue de cinquante ans, ainsi qu’une immense douleur face à la perte de l’être tant aimé. Sur la scène publique, Enrico Macias n’a jamais caché son chagrin et son impuissance face au deuil qui l’a si longtemps terrassé. « Les trois premières années, j’étais complètement comme un zombie. Je vivais seul dans mon appartement.

confidences

Heureusement qu’il y avait le téléphone, j’appelais mes copains, mes amis, mes enfants, mes petits-enfants. J’ai beaucoup souffert de la mort de ma femme », confiait-il en 2016 dans un entretien accordé à VSD. « Quand j’étais heureux avec ma femme, je me disais que s’il lui arrivait quelque chose, je me suiciderais. Finalement, j’ai réagi autrement » déclarait-il sans filtre, plus tôt, en 2012 dans Télé Star.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Avec mon ami #micheldrucker retrouvez-moi aujourd’hui dans #vivementdimancheprochain

Une publication partagée par Enrico Macias (@enricofficiel) le

« Elle est partie deux fois »

Onze ans après le décès de Suzy, la douleur est toujours aussi vive pour le chanteur de 80 ans. Invité sur RMC, vendredi 1er février, Enrico Macias est revenu une fois de plus sur cette terrible épreuve : « Vous savez, quand j’ai perdu ma femme, elle est morte dans mes bras. Elle est partie deux fois. Quand elle est morte la première fois, on m’avait annoncé qu’elle était décédée.

Elle a ré expiré une deuxième fois quand je l’ai prise dans mes bras. » Aujourd’hui, Enrico Macias a changé son regard sur la mort : « Maintenant je n’ai plus peur de la mort parce qu’elle était un deuxième moi-même. Il n’y a pas de raison que moi j’ai peur alors qu’elle est déjà partie. Voilà » a-t-il ajouté, la gorge nouée…

Enrico Macias : « Suzy était une femme hors du commun »

Avec un album et une autobiographie sous le bras, Enrico Macias tente avec nous l’exercice du bilan existentiel : passions, valeurs, croyances, combats… vous saurez tout sur le Enrico.
Pour votre album les Clefs, vous collaborez encore avec votre fils, Jean-Claude Ghrenassia. Père et fils se sont trouvés, non ?

Ah oui, totalement. Au début, j’étais très sceptique sur notre relation professionnelle. Il n’est pas un artiste populaire et ce qu’il me reproche à moi, qui suis un chanteur populaire, c’est d’être un chanteur populiste.

Ça n’a pas dû être simple !

Il y a eu des heurts. Il me disait : « Approche-toi du micro et murmure plutôt que de chanter. » Je lui disais : « Tu ne vas pas m’apprendre à chanter! » Mais il avait raison ! Et maintenant, il peut me dire ce qu’il veut.

la suite ==>

Soyez informé sans attendre des nouveaux articles !

Merci pour votre inscription !

Cela n'a pas fonctionné.