Elle pensait louer son château à une famille mais des fêtards le détruisent !

Chateau saccagé

Le château de Bois-Glaume, en Ille-et-Vilaine, a été saccagé par des fêtards en sept jours, alors qu’une famille devait être là.

Laure Berthélémé, le visage tendu, utilise ses dernières forces pour répondre aux appels incessants. Après plusieurs nuits blanches, la propriétaire du château du Bois-Glaume à Poligné (Ille-et-Vilaine) tente de se ressaisir. “Nous sommes des Bretons du Finistère, nous sommes très têtus, taillés dans le granit. Mais quand on perd sa maison et son outil de travail… “.

En l’espace d’une semaine, du 10 au 17 juillet 2021, ce somptueux château du XVIIe siècle s’est transformé en un véritable squat, jonché de narguilés, de cadavres d’alcools forts et de centaines de bouteilles de gaz hilarant….

“Il y avait 30 centimètres d’ordures quand nous sommes arrivés”, raconte-t-elle. Abandonné depuis 75 ans, ses parents ont décidé d’acheter ce château classé en 1989 avec l’intention d’entreprendre d’importants travaux de restauration.

Chateau saccagé

Loué pour une fête de famille

Depuis près de 10 ans, cette biologiste de formation et ses deux enfants s’investissent pleinement dans le château et les hôtes qu’il accueille tout au long de l’année. La magnifique demeure, qui affichait complet durant la période estivale, a été réservée pour une semaine via une agence. ” La location concernait une famille de 15 personnes, dont deux enfants, pour une semaine. C’était pour l’anniversaire d’un grand-père.

Le samedi après-midi, Laure Berthélémé a remis les clés à un couple très confiant. Comme d’habitude, la châtelaine a ensuite quitté le château.

Quand il y a des locations, je vais généralement dans un camping des Côtes-d’Armor. Les gens pensent sans doute que lorsqu’on possède un château, on est riche, mais ce n’est pas mon cas.

Des centaines de personnes présentes

Quelques jours plus tard, le mercredi suivant, la propriétaire est alertée par Florence, sa voisine et amie qui vient d’emménager près du château. Une fête à laquelle participent des centaines de personnes bat son plein dans la demeure historique. Le bruit nocturne et les allées et venues de dizaines de véhicules inquiètent les voisins.

“Nous n’avons pas dormi pendant sept ou huit jours”, dit-elle. “Maintenant, nous faisons des cauchemars la nuit. Ils sont arrivés dans mon jardin, nous ne savons pas de quoi ils sont capables. Nous avons peur qu’ils reviennent.

Car la fête au château de Bois-Glaume a rapidement dégénéré. “A partir de jeudi soir, ça a commencé à tourner au vinaigre. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à alerter la police”, raconte Laure Berthélémé. La châtelaine de 57 ans a tenté de contacter l’organisateur.

Je suis tombée sur des personnes très désorientées, qui ne répondaient guère à nos questions et m’interdisaient l’accès. J’ai finalement réussi à prendre rendez-vous avec l’organisateur pour faire une enquête le vendredi. Je suis entré et ils voulaient juste me montrer une pièce et l’entrée. Rien n’était endommagé à ce moment-là, sauf que j’ai pu constater que du mobilier disco avait été apporté.

chateau insalubre

Coups de feu dans la nuit

La femme de Poligné a tout fait pour convaincre la gendarmerie d’intervenir, mais en vain. “Ils m’ont expliqué qu’ils ne pouvaient pas intervenir pour des tapages nocturnes”. Alors que la fête clandestine touchait à sa fin, dans la nuit de vendredi à samedi, des coups de feu ont retenti dans la propriété.

Quatre personnes ont été blessées au cours de la soirée. Trois hommes et une femme, âgés de 18 à 25 ans, ont été transportés à l’hôpital. Deux des victimes ont été plus gravement blessées après avoir reçu des “blessures par balle”. Une quarantaine de policiers sont finalement arrivés sur les lieux vers 5 heures du matin pour mettre fin aux festivités et évacuer le château. Les derniers fêtards sont partis vers 9 heures du matin.

Des dégâts multiples

Laure Berthélémé a assisté à la scène et découvre peu à peu l’ampleur des dégâts. “On arrive sur un sol jonché de détritus et de saletés. Le parquet de Versailles est taché d’alcool de haut en bas. Les boiseries, plâtres, corniches murales, lustres et appliques d’époque sont cassés.

A l’étage, dans les nombreuses suites luxueuses plus épargnées par les fêtards, la moquette et les tissus d’époque sont irréparables.

Les bassins extérieurs en pierre du XVIIIe siècle et les balustres ont également été brisés. La chapelle, qui est également un bâtiment classé, a été utilisée comme toilettes.

Le montant des dégâts n’a pas encore été évalué, mais il s’ajoute déjà au manque à gagner lié à l’arrêt de l’activité du château, qui affichait complet cet été après une longue période de fermeture due à la crise sanitaire.

Cuisine sale dans chateau

La peur au ventre

Vivant chez des amis, Laure Berthélémé redoute désormais le retour de ces hommes qui ont saccagé 30 ans de travail. “On m’a dit que je devais les laisser prendre leurs affaires s’ils revenaient.

La gendarmerie explique qu’elle attend d’avoir suffisamment d’informations pour pouvoir arrêter les responsables du saccage et des violences commises dans la nuit de vendredi à samedi.

Quatre jours de nettoyage

Le château, envahi par les mouches et les détritus en tous genres après le départ précipité des fêtards, devait entamer sa phase de nettoyage mardi après-midi. Un employé d’une entreprise de nettoyage locale était sur place mardi pour évaluer l’ampleur de la tâche. “Je suis stupéfait, je n’ai jamais rien vu de tel de ma vie. Je ne sais pas si nous pourrons répondre à la demande de cette dame, il y a au moins quatre jours de nettoyage”.

Localement, un élan de solidarité s’est rapidement créé pour aider Laure Berthélémé.


J’en suis très touché. Beaucoup de personnes de la région veulent venir m’aider, mais pour l’instant nous en sommes encore au stade de la procédure. Pour l’instant, mon assurance se désiste et la société de location ne répond pas.

Les agents de la communauté de communes et de la municipalité étaient attendus ce mardi après-midi pour déblayer les premiers sacs de déchets. C’est le début d’un grand nettoyage pour le château de Bois-Glaume et son propriétaire, qui devra encore traverser de nombreuses semaines avant de pouvoir relever la tête.