Elle croit parler avec le chanteur Amir et envoie 6000 euros à un escroc.

Amir : Une femme habitant à Pont-Audemer (Eure) a été victime d’un escroc qui se faisait passer pour le chanteur Amir. Incroyable mais vrai.

Elle a envoyé 6 000 euros et des photos d’elle dénudée à l’imposteur. Cette quadragénaire a porté plainte à la fin du mois de janvier, rapporte France Bleu​ Normandie.

Rencontré sur un réseau social

L’affaire a commencé au mois de juin dernier. La victime entame alors une discussion, sur un réseau social, avec un homme qui prétend être Amir, un artiste qu’elle admire.

Après plusieurs échanges, l’homme réussit à gagner sa confiance. Il prétend alors avoir des ennuis financiers et lui demande 6 000 euros. Une somme que sa victime lui fera parvenir par virement bancaire. La quadragénaire n’a, à ce stade, aucun soupçon et les échanges se poursuivent.

Dossier

Elle envoie des photos d’elle dénudée

L’homme lui envoie des photos de lui dénudé et lui demande de faire de même. Elle accepte et le piège se referme. Le faux Amir lui réclame alors 20 000 euros sans quoi, il diffusera ses photos sur Internet. La femme prend alors conscience qu’elle n’a jamais dialogué avec l’artiste mais avec un escroc​…

La quadragénaire, « seule et en détresse » selon les enquêteurs cités par France Bleu, a porté plainte pour « escroquerie et chantage » auprès des gendarmes de Pont-Audemer. Le compte Facebook du faux Amir s’est, bien sûr, volatilisé.

Ils cherchaient l’amour et se font arnaquer… Tout savoir sur les escroqueries à la romance

Vous pensez avoir rencontré l’homme de vos rêves sur un site de rencontres… Mais bizaremment, vous ne le rencontrez jamais. Et vous vous retrouvez finalement avec un énorme vide sur votre compte en banque. Une situation pour le moins désagréable… Et pourtant courante. C’est pourquoi la police alerte sur une arnaque qui a le vent en poupe : l’escroquerie à la romance.

Amir

En clair, un réseau, majoritairement en Côté d’Ivoire, crée quantité de profils d’homme ou de femme idéal sur des sites de rencontre et au bout d’un certain temps, demande un peu d’argent pour dépanner… « Ils sont fins psychologues et gardent le contact pendant plusieurs mois pour analyser comment la personne est susceptible de donner de l’argent, explique Charles Blanchet, enquêteur à l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLTIC). Sur la dernière affaire, on estime le préjudice entre 3 et 5 millions d’euros pour un réseau d’escrocs organisé. »

Des méthodes qui évoluent

la suite ==>

Laeticia Faubert

Je suis l'administratrice de du site, merci les filles.