La touriste espagnole faisait un voyage surprise lors de l’explosion à Paris.

La touriste espagnole faisait un voyage surprise lors de l’explosion à Paris.

La touriste espagnole : La jeune femme de 38 ans, mère de 3 enfants, est l’une des 4 victimes de l’explosion. Elle était en week-end à Paris avec son mari.

Elle laisse trois enfants de 3, 5 et 10 ans. Laura Sanz Nombela, jeune femme espagnole de 38 ans, est l’une des quatre victimes de l’explosion à Paris, qui a également coûté la vie à deux pompiers français et à une habitante.

Les médias espagnols rapportent ce dimanche de nombreux détails sur le profil de cette caissière, originaire de la région de Tolède, au centre de l’Espagne. Elle était venue passer un week-end « en amoureux » à Paris avec son mari, rapporte « la Tribune de Tolède ». Tous deux dormaient dans la nuit de vendredi à samedi à l’hôtel Mercure, situé juste à côté de la boulangerie qui a été totalement détruite par l’explosion. Gravement blessés, ils ont été transportés en urgence à l’hôpital, mais seul l’homme a pu survivre.

Ancienne athlète prometteuse

Laura Sanz Nombela travaillait au supermarché « la Despensa » de Tolède, sa ville natale située dans la province du même nom. Elle vivait dans une petite maison située à douze kilomètres de là, dans la commune de Burguillos, où habitent également ses parents. « C’est une nouvelle terrible, nous sommes abattus », a témoigné, émue, la maire adjointe de ce village de 2 600 habitants, Carmen Sesmero.

Dans sa jeunesse, au début des années 1990, Laura Sanz Nombela était une membre très assidue du club d’athlétisme de Tolède, qui a rendu hommage sur Twitter à une « athlète prometteuse ».

paris

Très appréciée de ses clients

A son travail, elle semblait très aimée par ses clients, qui la trouvaient « très gentille et toujours de bonne humeur », rapporte l’agence de presse espagnole EFE. D’autres, sur Facebook, ont exprimé leur tristesse après la disparition d’une jeune femme « heureuse », « belle », « toujours souriante », ou encore « qui adorait la vie ». Et une voisine du supermarché s’est souvenue, émue, d’« une jeune femme très attentionnée et toujours prête à vous aider ».

C’est dans ce même quartier où elle travaillait que se trouve l’école primaire « Ciudad de Aquisgrán », où sont scolarisés ses trois enfants. Elle pouvait ainsi les retrouver facilement à la sortie de son travail, dont l’heure coïncidait souvent avec la fin de la journée d’école. Selon le ministre de l’éducation espagnol Ángel Felpeto, une cellule psychologique va être mise en place dans l’établissement, notamment pour prendre en charge les trois enfants. Ces derniers n’iront pas en cours durant dix jours, le temps que le corps de leur mère soit rapatrié et enterré sur place. La maire de Tolède Milagros Tolón a assuré de son côté sur Twitter toute « sa solidarité et son soutien à la famille et à aux amis » de Laura Sanz Nombela.

Un week-end à Paris préparé en secret

Si le mari de Laura Sanz Nombela ne garde comme séquelles physiques que des bleus et des éclats de verre, sa douleur sera surtout psychologique, à en croire El Pais. Il avait en effet planifié secrètement le voyage et avait souhaité emmener par surprise son épouse à Paris.

Le père de l’ancienne caissière, arrivé en urgence à Paris samedi, a pu se rendre dès le milieu d’après-midi à l’hôpital au chevet de sa fille, placée quelques heures sous respiration artificielle avant de décéder. Mais il a critiqué l’attitude de l’ambassade d’Espagne en France, estimant n’avoir eu « ni soutien psychologique, ni aide » pour trouver un logement. L’ambassade assure de son côté que le consul adjoint a passé toute l’après-midi avec le mari de la victime pour le tenir au mieux informé.

Laeticia Faubert

Je suis l'administratrice de du site, merci les filles.