Serge Lama destin brisé : Accident de voiture et AVC, le CH0C.

Serge Lama, que l’on retrouve ce vendredi 9 octobre dans La boîte à secrets sur France 3, a eu une vie difficile, “jalonnée de catastrophes”.

Comme Serge Lama lui-même l’a déclaré à Paris Match en 2016. Né pendant la Seconde Guerre mondiale, il a survécu à un bombardement quand il était bébé.

Son berceau était près de la fenêtre, mais son père a pu le mettre à l’abri à temps. Plus tard, à l’âge adulte, il a vécu d’autres tragédies, dont la perte des deux amours de sa vie. Sa fiancée Liliane Benelli dans un accident de voiture en 1965, et sa femme Michèle Chauvier, décédée d’un accident vasculaire cérébral il y a quatre ans.

En 1965, il a eu un accident de voiture avec sa petite amie de l’époque. Jean-Claude Ghrenassia, le frère d’Enrico Macias, conduisait. Seul Serge Lama a survécu. Blessé, il a encore des séquelles aujourd’hui mais miraculeusement, une fois de plus.

Un autre accident de voiture le prive de ses parents en 1984. Mais entre-temps, la vie avait offert à Serge Lama une rencontre, celle de Michèle Potier, qui deviendra sa femme en 1991, et d’un fils, Frédéric, né dans le plus grand secret en 1981, alors qu’il était en tournée au Canada.

“Michèle était tout pour moi”

En octobre 2016, il a été frappé par le malheur et a perdu sa femme à la suite d’une attaque. “A chaque fois, c’est comme si le destin m’avait pris d’une main ce qu’il avait donné de l’autre. Il semble que ma vie soit marquée par le désastre. Michèle était tout pour moi”, a-t-il déclaré à Paris Match peu après sa mort.

Mais comme toujours, pour Serge Lama, après lui avoir tant pris, la vie lui rend la pareille : en 2018, il est grand-père pour la première fois. Il confie cette heureuse nouvelle à Gala : “Dès que j’ai appris la nouvelle, j’ai commencé à me sentir un peu consolé par la mort de ma femme Michèle, j’ai ressenti quelque chose de moins douloureux. En fait, être grand-père est un réconfort”.

Serge Lama : son discours sur les femmes CH0CS.

Le grand Serge Lama, 76 ans, a eu une carrière exemplaire, pleine de succès qui résonnent encore dans toutes les oreilles. Dans sa vie privée, l’immense artiste n’a pas connu les mêmes joies : il a perdu son premier amour, Liliane, au milieu des années 60, puis ses parents au milieu des années 80, tous trois dans des accidents de la route, avant de voir Michèle, la mère de son fils unique Frédéric, succomber à un accident vasculaire cérébral il y a trois ans.

Un fils dont, selon ses propres termes, Serge Lama sait très peu de choses, et qui vient de devenir père (avec sa femme Léa), faisant de Serge un grand-père pour la première fois.

Le chanteur a été invité à se produire sur le plateau de C à vous diffusé sur France 5 le lundi 27 janvier pour parler de sa tournée d’adieu (il a récemment déclaré vouloir quitter la tournée pour mettre sa santé en avant) et, comme d’habitude, a participé à une discussion sans fantaisie. Et il n’a pas manqué de souffler le chaud et le froid sur le plateau du spectacle présenté par Anne-Elisabeth Lemoine.

Le “chaud”, c’est la tendresse avec laquelle Serge Lama évoque son enfance, surtout la fois où il a survécu à un attentat à la bombe alors qu’il était bébé ; le “froid”, c’est quand les chroniqueurs l’interrogent sur ses chansons, notamment Les p’tites femmes de Pigalle et Femmes, femmes, femmes, et s’il a encore cette façon de voir les femmes aujourd’hui.

Là, le grand Serge Lama a commencé à dire qu’il ne niait rien de son passé, qu’il était là, en train d’écrire, et que cela ne pouvait pas être effacé “Il faut se mettre dans le contexte. Aujourd’hui, je ne pourrais pas lancer une chanson comme ça. Mais à cette époque, tout le monde chantait des choses comme ça !” et que de nos jours, avec la mémoire numérique et toutes les images qui circulent sur les écrans, il allait devenir de plus en plus compliqué pour les générations futures de ne pas avoir de “casseroles et poêles”.

Alors, sans le voir venir, Serge Lama s’est trompé : “Je n’aimerais pas, par exemple, prendre l’ascenseur avec une femme aujourd’hui, euh… parce que… c’est dangereux…. Je, euh, j’ai connu des femmes à cette époque, où… que, que, que… Je pense qu’ils diraient aujourd’hui que je les ai violées… alors que c’était moi qui ne voulais pas. Et parce qu’ils étaient tellement en colère que je ne voulais pas, eh bien, je pense que j’en vois quelques-uns dans ma tête aujourd’hui, peut-être qu’ils auraient…

Serge Lama

Ah, eh bien, vous verrez…”, jetant un froid glacial sur le plateau, ce qui a également provoqué une réaction sur Twitter (certains utilisateurs ont même soupçonné que le chanteur Serge Lama l’avait dit pour cacher de vieux méfaits). Sentant que les troubles s’étendaient, Patrick Cohen s’est immédiatement remis pour couper court à ces divagations : “Bon, on va laisser la salsa, et parler de vos superbes chansons”. Oui, c’est peut-être mieux.