En faisant le plein d’essence, une retraitée découvre qu’elle est “décédée”.

Claudine est retraitée depuis peu, elle s’est aperçue qu’elle était… déclarée “morte”. Sa pension ne lui avait plus été versée à cause du notaire

Cette habitante du Tarn a vu ses comptes bancaires fermés et le versement de sa retraite suspendu en raison du décès d’une homonyme.

lavaur

Ce n’est pas la première à être victime de ce genre de mésaventure. La Dépêche raconte l’histoire de Claudine Boudon Fortier, habitante de Garrigues (Tarn). Cette jeune retraitée de 57 ans a récemment découvert qu’elle avait été déclarée morte par l’administration.

retraite

Tout commence en avril dernier lorsqu’elle essaie de régler son plein d’essence. Sa carte est alors refusée. En vérifiant son compte bancaire, elle s’aperçoit que sa retraite n’est plus versée depuis fin mars. Après un appel à son agence bancaire, puis à sa caisse de retraite la nouvelle tombe : on l’informe qu’elle a été déclarée morte par un notaire.

Commence alors le combat pour prouver que Claudine est bien vivante. La jeune retraitée raconte : “on se retrouve avec une personne qui, au téléphone, vous demande de lui prouver que vous êtes vivante. J’ai demandé par téléphone comment accomplir ma résurrection”.

retraité

L’ancienne directrice de bureau de poste parvient également à récupérer les informations quant aux funérailles de son homonyme, et constitue un dossier pour prouver qu’elle est bien en vie. Tout devrait bien se terminer pour cette habitante du Tarn, puisque la direction générale des finances publiques a reconnu l’erreur et s’est engagée à régulariser la situation le 27 juin.

Un retraité déclaré deux fois mort en deux ans

Claudine Boudon Fortier n’est pas la première à vivre cette mésaventure. En janvier, une habitante de la Gironde avait appris le décès de son mari par téléphone… alors que ce dernier était bien vivant. Là encore, l’administration avait suspendu le versement de la retraite complémentaire de son compagnon car il avait été déclaré mort par erreur.

Tarn

Dans le Nord, un homme de 81 ans a été victime deux fois en deux ans de cette erreur, rapporte France Soir. Cet ancien combattant avait alors dû, à chaque fois, fournir un “certificat de vie” alors que sa caisse de retraite a confondu son dossier avec celui d’un homonyme décédé.

retraitée

Plus original, un homme de 74 ans a reçu une lettre de condoléances de la part de son opérateur téléphonique pour sa propre mort en janvier 2018. Après coupure de sa ligne de téléphone et de son abonnement internet il se rend chez son opérateur pour régler le problème, raconte RTL.

avis de décès

Il découvre alors l’origine de l’erreur : quelques semaines auparavant, le retraité avait appelé pour demander une facture détaillée. Le conseiller avait alors compris “avis de décès“. Les affaires de retraités déclarés décédés par erreur ou en raison du décès d’un homonyme sont fréquentes en France. Elles donnent souvent lieu à de longues démarches administratives de la part des personnes touchées pour tenter de prouver qu’elles sont bien en vie.

La suite avec cette retraitée page 2 ==========>