Reconfinement : le scénario “catastrophe” déjà envisagé par Macron.

Reconfinement : Il est encore trop tôt pour porter les fruits du confinement. Le scénario du pire est déja envisagé par Emmanuel Macron.

Présenté par Emmanuel Macron le mercredi 28 octobre, ce dernier vise, une fois de plus, à stopper la propagation de la pandémie de coronavirus, qui devrait durer au plus tôt jusqu’au 1er décembre, un scénario sans fin. Mais à Bercy, le ministre des finances Bruno Le Maire et ses collaborateurs s’attendent au pire, car les feux d’avertissement sont rouges du côté des infirmières et le cap des 40 000 morts a été franchi le dimanche 8 novembre.

Un scénario noir ne peut être exclu. Bercy n’est pas là pour prédire la durée de l’enfermement, mais l’Etat doit se préparer au pire, explique Olivier Dussopt, le ministre en charge des comptes publics, dans les colonnes du quotidien Le Parisien.

Attestation de sortie

Et de poursuivre, préoccupé par le scénario : dans le pire des cas, nous réservons les moyens de financer les aides aux entreprises jusqu’au 31 décembre si la fermeture dure. Une question de prudence, comme il le dit : les Français devront-ils fêter le Nouvel An, enfermés chez eux ? Pour l’instant, Emmanuel Macron ne dit rien car l’exécutif, comme l’a annoncé le Premier ministre Jean Castex, se donne l’occasion de faire le point toutes les deux semaines.

ministere de l interieur attestation de sortie

Pour le ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, c’est clair : il n’est pas encore temps de faire un bilan, même s’il constate un ralentissement de la progression de l’épidémie, comme il a pu le dire sur France Inter. Pour rappel, les effets du premier confinement avaient été détectés au bout d’un mois.

Confiné jusqu’en janvier, le mauvais scénario ?

reconfinement

Cependant, alors que le ministère de l’économie fait référence au 31 décembre 2020, Europe 1 avait plutôt estimé que le calendrier du chef de l’Etat prévoyait la fin de l’endiguement en janvier 2021. Le reconfinement pourrait prendre entre huit et douze semaines, c’est-à-dire jusqu’à la fin janvier dans le pire des cas, ont révélé nos collègues le jeudi 29 octobre. C’est une perspective que le Conseil scientifique considère comme probable.

Vu d’ailleurs. En France, le scénario du reconfinement, qui se passe mal…

Jean Castex

Fatigués des restrictions, les Français sont beaucoup moins disposés à accepter le second enfermement et remettent en question la gestion de la crise par le gouvernement, note la presse étrangère.

La France est à nouveau prisonnière chez elle. Annoncé pour durer au moins jusqu’au 1er décembre, le but du second confinement est de réduire le nombre de nouvelles contaminations de Covid-19 à 5.000 (contre près de 50.000 par jour jusqu’à très récemment). Pour les Français, cela signifie un retour aux certificats dérogatoires, aux rues désertes, aux magasins fermés et la crainte d’un nouveau tour de vis si les chiffres de la pollution ne sont pas suivis. L’atmosphère en France est très lourde, écrit le Wall Street Journal.

reconfinement france

La France connaît un automne de souffrance avec ce scénario catastrophe. Le Covid-19 remplit les hôpitaux du pays. Ses églises et ses écoles sont persécutées par le terrorisme islamiste. Une combinaison qui confronte la République française et son peuple à des difficultés inhabituelles.

Ce sont les enseignements des Lumières, de la liberté d’expression au droit de réunion de masse, qui animent la vie quotidienne dans la France d’aujourd’hui. Cependant, la pandémie a forcé les Français à se confiner, les condamnant à l’isolement social et à l’incertitude économique.

scénario

Ce scénario intervient à un moment où l’usure de la pandémie s’est emparée des citoyens, et où la France traverse déjà l’une des pires récessions d’Europe, rappelle le New York Times. Bien que le confinement actuel soit moins rigoureux que le confinement total au printemps, il devrait néanmoins conduire l’économie à un nouveau ralentissement. Il n’est pas surprenant qu’il soit difficile à comprendre, tout d’abord pour les commerçants qui se sentent victimes d’une injustice.