Noyade : voici les premiers gestes de secours  pour sauver un proche. VIDÉO

reve noyade

Chaque année, la noyade est responsable de 1 000 décès. Avant d’intervenir, il est important de connaître les gestes de premiers secours.

La noyade est une tragédie qui fait malheureusement partie de l’actualité estivale. Les autorités craignent que l’été de cette année soit particulièrement meurtrier, notamment en raison des différents confinements qui ont pu ralentir l’apprentissage de la natation pour des milliers d’enfants.

Avec les vacances qui battent leur plein, personne n’est à l’abri d’une noyade ou même d’en être témoin. En l’absence de sauveteurs expérimentés sur place, c’est parfois aux passants, locaux ou touristes, de s’improviser sauveteurs. Mais encore faut-il connaître les gestes de base qui peuvent faire la différence. Voici ce qu’il faut faire et ne pas faire.

reve noyade

Noyade la clé : réactivité et sang-froid

Selon Santé Publique France, chaque année, 1 000 personnes meurent des suites d’une noyade, dont au moins la moitié entre juin et août. Cette année, entre début juin et début juillet, 300 noyades accidentelles, dont 79 mortelles, ont déjà été enregistrées en France, selon l’institut. D’où l’appel à la vigilance de Santé Publique France.

Si vous êtes témoin d’une noyade, vous devez savoir agir rapidement, tout en contrôlant vos émotions et en gardant votre sang-froid. Plus facile à dire qu’à faire, mais “tout peut vite basculer”, insiste Guillaume Turpin, inspecteur adjoint des nageurs sauveteurs de la SNSM. “Lorsque l’eau pénètre dans les poumons, ils ont rapidement des difficultés à fonctionner et peuvent s’arrêter très vite. D’où l’importance d’avoir quelques réflexes qui peuvent faire la différence.

Réflexe n° 1 : sortir la personne de l’eau

Si une personne est en détresse, en l’absence de sauveteurs expérimentés, vous devez rapidement la sortir de l’eau.

Attention toutefois : “Il faut être sûr de pouvoir y aller, et il ne faut pas se mettre en danger”, prévient Guillaume Turpin.

Si c’est en mer, il peut y avoir des courants, il faut savoir nager avec eux, et être capable de nager avec la victime en détresse.

Guillaume Turpin
Inspecteur adjoint à la SNSM
S’il y a plusieurs témoins de la scène, “il vaut mieux partir à plusieurs, on sera toujours plus fort”, recommande le professionnel, selon qui il ne faut pas hésiter à prendre une bouée ou tout autre objet flottant disponible sur la plage.

noyade bassin la paix

Réflexe n°2 : appeler rapidement les secours

Dans une telle situation, alerter les services d’urgence est essentiel. Il est possible de contacter le 196, numéro d’urgence des centres opérationnels de surveillance et de sauvetage (Cross) pour le sauvetage en mer, qui pourront mobiliser les stations de secours les plus proches, voire les pompiers.

Si la victime est amenée sur la plage, il faut également appeler les pompiers, le 18, ou le numéro d’urgence européen 15 ou 112.

S’il y a plusieurs personnes sur place, il est préférable de se répartir les rôles. Une personne appelle les secours tandis que l’autre se porte au secours de la victime.

Réflexe n°3 : évaluer les fonctions vitales de la victime

Après une noyade, une fois la victime ramenée au sol, avant d’agir et peut-être de mal agir, il est nécessaire de vérifier son état. “En général, les services de secours, comme les pompiers, pourront vous guider et vous accompagner par téléphone pour réaliser les premiers soins”, rassure Guillaume Turpin.

Ces gestes peuvent être résumés comme suit, tels que définis par les organismes de formation aux premiers secours.

Noyade, si la victime est consciente :

Enlevez les vêtements mouillés, sauf si elle porte un maillot de bain, et réchauffez-vous avec des vêtements secs, des serviettes, etc.
Puis gardez un œil sur la victime jusqu’à l’arrivée des secours.
Si la victime est inconsciente mais respire :

Pour vérifier que la victime est inconsciente, posez-lui des questions, serrez-lui la main et bougez ses épaules. ” Si elle ne réagit pas à la parole ou aux stimuli, elle est inconsciente “.
Pour vérifier que la victime respire, même si elle est inconsciente, vous pouvez vérifier les mouvements de la poitrine ou basculer la tête en arrière et ouvrir la bouche de la personne qui se noie. En vous penchant sur le nez et la bouche, vous pouvez sentir la respiration de la victime. Faites cela pendant 10 secondes.
Si c’est le cas, allongez la victime sur le côté en position latérale de sécurité (LSP), la tête vers le bas, en gardant la colonne vertébrale alignée. Vous la sauverez de la noyade.
Puis surveillez étroitement la respiration jusqu’à l’arrivée des secours.

noyade enfant

Noyade, si la victime est inconsciente et ne respire pas :

En cas de noyade, après avoir vérifié que la victime est inconsciente, comme expliqué ci-dessus, et si vous ne sentez pas sa respiration, prenez son pouls au niveau de la carotide (l’artère du cou). Vous devez sentir un battement, sinon, la victime ne respire pas.
Dans ce cas, commencez un massage cardiaque avec une réanimation par bouche-à-bouche, même si vous n’êtes pas formé aux premiers secours (mieux vaut essayer quelque chose que rien du tout). Dans ce cas, alternez 30 compressions thoraciques et 2 respirations.
Continuez la réanimation jusqu’à ce que la respiration spontanée reprenne ou jusqu’à l’arrivée des secours.
Il est également possible d’utiliser un défibrillateur externe automatisé, à condition que le lieu en dispose.

Formation aux premiers secours

Dans tous les cas, quelle que soit la raison de la noyade, qu’il s’agisse d’un évanouissement ou non, tous ces gestes augmenteront considérablement les chances de survie de la victime. Pour éviter ce type d’accident, “il est préférable d’utiliser des zones de baignade surveillées”, précise Guillaume Turpin.

Pour en savoir plus sur les techniques de premiers secours, des cours d’initiation ou des formations peuvent être organisés. Il est conseillé de contacter les organismes, centralisés dans une carte proposée par le ministère de l’Intérieur.