Johnny Hallyday ! les confidences “troublantes” de Nicolas Sarkozy sur son côté sombre.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris examine ce jeudi le recours déposé par l’ancien président de la République qui conteste la validité de l’enquête sur les soupçons de financement libyen de sa campagne de 2007. Une procédure qui a mené à sa mise en examen pour “financement illégal de campagne” et “corruption passive”.

défense

Nicolas Sarkozy veut éviter à tout prix un nouveau renvoi devant le tribunal correctionnel pour “financement illégal de campagne”. Cette fois-ci, il s’agit du volet portant sur les soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle en 2007 pour lequel il a été mis en examen en mars 2018. Ce jeudi, la défense de l’ancien chef de l’Etat va défendre devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris l’intégralité de cette procédure qui a conduit à une mise en cause de Nicolas Sarkozy.

Cette audience qui débute à 9 heures est l’ultime étape d’un recours engagé il y a un an. Dans une note de 48 pages transmise en juin 2018, Me Thierry Herzog, l’avocat de Nicolas Sarkozy, estime que la procédure menée par les juges d’instruction était en “violation de plusieurs dispositions constitutionnelles, conventionnelles et législatives”. Listant sept motifs qui permettent selon lui d’invalider l’enquête, il met notamment en avant l’immunité présidentielle et “des règles fixées pour les poursuites pénales visant les ministres”.

sarkozy

5 millions d’euros

L’affaire a débuté en 2012 avec la publication par Mediapart de documents révélant des soupçons de financement par le régime de Mouammar Kadhafi de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy. En 2013, une information judiciaire est ouverte et les juges d’instruction mènent alors de vastes investigations pour vérifier les accusations de financement libyen, formulées alors par l’homme d’affaires franco-libanais Ziad Takieddine et d’anciens dignitaires du régime de l’ancien dirigeant libyen qui n’ont cependant pas été matériellement étayées jusqu’ici.

Les faits évoqués portent sur les années 2006 et 2007 pendant lesquels Ziad Takieddine, alors intermédiaire, dit avoir remis trois valises d’argent pour un montant total de cinq millions d’euros à Nicolas Sarkozy et à son directeur de cabinet de l’époque Claude Guéant. L’ex-président est, comme Claude Guéant, alors mis en examen le 21 mars 2018 pour “corruption passive”, “financement illégal de campagne électorale” et “recel de détournement de fonds publics libyens” pour des faits qui se seraient déroulés entre 2005 et 2011.

Nicolas Sarkozy

“Immunité présidentielle”

La défense fait alors valoir pour les faits qui auraient été commis à partir de 2007, et notamment les accusations de contreparties qu’il aurait accordées au régime libyen lorsqu’il était à l’Elysée, que Nicolas Sarkozy doit bénéficier de son immunité présidentielle. Pour les faits antérieurs, qui auraient été commis alors qu’il était ministre de l’Intérieur (2005-2007), Nicolas Sarkozy et son ex-ministre délégué Brice Hortefeux, accusés d’avoir mis en place les modalités de versement, affirment que leurs cas relèvent de la Cour de justice de la République, seule habilitée à juger les membres de gouvernement pour l’exercice de leurs fonctions.

Le parquet général a une toute autre lecture de ce dossier. En juin dernier, le procureur général de Paris a signé un réquisitoire de 64 pages dans le cadre de cette procédure écrite qu’il a adressée à l’ensemble des parties. L’avocat général leur oppose toutefois que les actes reprochés n’ont pas de lien direct avec leurs fonctions de l’époque. Ce jeudi, l’ensemble des parties exposera, à huis-clos, ses arguments à la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris, seule oralité de cette procédure. La décision sera mise en délibéré.

Mi-juillet, Nicolas Sarkozy a dénoncé sur BFMTV un “complot” contre lui, pour lequel les responsables auront des “comptes à rendre”. “Pour moi, il y a une seule chose qui est importante, c’est que les Français aient la vérité, toute la vérité”, a-t-il ajouté. L’ancien président réagissait à la publication du témoignage dans le JDD d’un ancien collaborateur de Ziad Takieddine. Ce dernier l’a qualifié de “redoutable manipulateur”. Il évoque également la note – publiée par Mediapart en 2012 – sur le versement des 5 millions d’euros, qui pour lui pourrait être un faux.

La suite sur la page 2 ======>

Soyez informé sans attendre des nouveaux articles !

Merci pour votre inscription !

Cela n'a pas fonctionné.