Le bilan alarmiste de la deuxième vague en 24H en France.

Deuxième vague : A 2 jours de l’allocution d’Emmanuel Macron, Santé Publique France rapporte que 8505 nouveaux cas de Covid-19.

Deuxième vague en France : 96 personnes souffrant de Covid-19 sont mortes en 24 heures en France, selon un rapport de Santé Publique France publié lundi. Le taux de positivité des tests est maintenant de 11,8%.

Alors que le taux de tests positifs est passé de 11,5 % à 11,8 % lundi.

En 24 heures d’hospitalisation, 96 personnes sont mortes de l’infection à Covid-19, et 55 nouveaux groupes ont été détectés dans le pays. Un total de 1496 foyers épidémiologiques sont étudiés en France, dont 304 à Ehpad.

Deuxième vague : 976 personnes supplémentaires ont été hospitalisées

976 personnes ont été hospitalisées en 24 heures en France, selon l’Observatoire de la cartographie de la santé publique française (contre une moyenne quotidienne de 764 personnes au cours des sept derniers jours). En outre, 171 patients ont été admis aux soins intensifs au cours des dernières 24 heures (contre une moyenne quotidienne de 133 au cours des sept derniers jours).

La veille, 16 101 nouveaux cas de coronavirus et 46 décès supplémentaires avaient été enregistrés sur le territoire français.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Cervia. Sgridato sul treno per la mascherina, pesta passeggero su corriereromagna.it #coronavirus #mascherina #cervia

Une publication partagée par Corriere Romagna (@corriereromagna) le

COVID-19 : LA RECONFIRMATION LOCALE, UNE BONNE SOLUTION POUR FAIRE FACE À LA DEUXIÈME VAGUE ?

Alors que le gouvernement a prévenu qu’il envisageait de nouvelles mesures pour combattre le virus en France, et qu’Emmanuel Macron s’exprimera mercredi, les Français craignent la possibilité d’une reconfirmation locale. Mais cela en vaudrait-il vraiment la peine ?

Deux jours avant l’interview télévisée d’Emmanuel Macron, le gouvernement a averti que des restrictions supplémentaires pourraient être annoncées pour stopper la résurgence du coronavirus. Interrogé lundi, le Premier ministre Jean Castex n’a pas exclu des reconfinements locales, reconnaissant pour la première fois que la France était confrontée à une forte deuxième vague.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Cuando vimos este estampado no pudimos resistirnos a traértelo!! Mascarillas de tela reutilizables, lavables y con bolsillo para filtro. Hechas a mano en Sevilla, cómodas y con variedad de diseños. Visita nuestra web con el enlace que tienes en nuestro perfil de Instagram o llámanos al ☎ 637088480 . . . . . #mascarillas #mascarillasdetela #mascarilla #coronavirus #covid_19 #mascarillasreutilizables #mascarillaslavables #mascarillasbonitas #mascarillassevilla #mascarillascomodas #mascarillasdediseño #mascarillasinfantiles #mascarillasmolonas #mascarillasestampadas #mascarillascondiseño #mascarillasartesanales #mask #masks #mascarillasparamedicos #mascarillasdemedicos #medicos

Une publication partagée par Mascarillas Sevilla (@sevillamascarillas) le

Rien ne doit être exclu quand on voit la situation dans nos hôpitaux”, a averti le chef du gouvernement de la possibilité de reconfinements locales, car le nombre de nouveaux cas positifs a grimpé en flèche ces dernières semaines et les hôpitaux approchent de la saturation, surtout en Ile-de-France.

Mais les reconfinements locales dans les zones ou les villes les plus touchées par l’épidémie pourraient-elles vraiment être pertinentes pour réduire le Covid-19 ? Jusqu’à présent, les scientifiques étaient divisés sur cette idée.

Deuxième vague : Vers de brèves reconfinements locales ?

Certains, comme le professeur Jacques Reynes, pensent qu’un confinement efficace permet normalement d’éteindre l’incendie en deux ou trois semaines. Selon le chef du service des maladies infectieuses du CHU de Montpellier, la situation épidémiologique actuelle en France nécessite de nouvelles mesures restrictives, mais pas nécessairement à long terme comme ce fut le cas au printemps dernier.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

The city of Kermanshah in western Iran is in the red alert due to the outbreak of the Coronavirus. #iranpress #Exclusive #kermanshah #coronavirus

Une publication partagée par Iranpress News Agency (@iranpressnewsagency) le

On parle beaucoup de confinement, mais il y a aussi le problème du moment du confinement et de sa durée”, explique Jacques Reynes. Pour lui, la solution ne sera peut-être pas de passer des mois et des mois d’enfermement.

Un avis partagé par le Dr Rémi Salomon sur la deuxième vague, président de la Commission médicale pour la création de l’APHP. Je ne sais pas si cela doit être un couvre-feu ou une reconfirmation générale, peut-être que des mesures moins drastiques sont nécessaires, mais ce qui est certain, c’est que la propagation du virus doit être arrêtée. C’est absolument essentiel car nous pourrions être confrontés à une situation extrêmement compliquée dans nos hôpitaux.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Loving our customers rocking our masks!! Get you today through the Etsy link in bio 💕💕⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ✨Masks = $20 each⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ ✨ FREE Standard shipping ⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ -⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀⠀ #masksforsale #homemade #australia #lockdownmelbourne #masks #wearamask #staysafe #facemaskmelbourne #facemaskaustralia #maskmelbourne #reusablemask #reusablemaskmelbourne #resusablemaskaustralia #freeshippingaustraliawide #melbourne #lockdown2020 #cottonmask #reusablemask #australianbusiness #smallbusinessowner #supportsmallbusiness #etsyshop #coronavirus #ecofriendly #homemade

Une publication partagée par Nonna’s CreationsAU (@nonnascreationsau) le

Interrogée sur l’utilité d’éventuelles reconfinements locales, Catherine Hill, épidémiologiste et biostatisticienne interrogée à BFMTV, estime que cette mesure ne serait en fait qu’une pause dans une chaîne continue de contamination. Ce scientifique estime que si des reconfinements devaient avoir lieu, elles devraient être accompagnées d’une nouvelle politique de détection.

Les pays qui ont contrôlé l’épidémie se sont limités aux tests. C’est ce qui s’est passé à Pékin”, explique Catherine Hill sur notre chaîne Catherine Hill. Lorsqu’il y a eu une résurgence de l’épidémie, ils ont confiné une partie de la population de la ville de 22 millions d’habitants. Ils ont effectué 2,3 millions de tests en 10 jours et ont à nouveau abouti à zéro cas à Pékin sur une longue série de jours.

Lundi, la Chine a également mené une autre campagne de dépistage de masse : dans la province de Shandong, les 9 millions d’habitants de la ville de Qingdao seront testés après la découverte de 12 nouveaux cas de Covid-19 dans la mégalopole.

France

Nous n’avons jamais essayé de le contrôler, nous avons décidé de vivre avec le virus, dit-il. Mais le virus se déplace rapidement et se cache dans des porteurs asymptomatiques qui continuent à propager l’épidémie, la deuxième vague est bien la. L’épidémiologiste appelle à un changement complet de stratégie : nous devons effectuer des tests de dépistage des grappes et/ou des antigènes”, dit-elle. “Nous ne nous en sortirons que le jour où nous déciderons de tester la population en masse.

deuxième vague

Avec la commutation de Toulouse et Montpellier à minuit lundi, la France compte désormais neuf villes et le département de la Guadeloupe en zone de haute alerte. Dans ces territoires, les bars sont fermés, les salles de sport sont également fermées et l’accueil est limité dans les restaurants. À Aix-Marseille, ces mesures ont été prolongées de 15 jours.