Vidéo : Josiane Balasko réagit aux propos de François Berléand contre les “Gilets jaunes”.

Josiane Balasko a donner son avis sur les Gilets jaunes mais également sur les propos polémiques tenus par François Berléand concernant la contestation.

Ce dimanche 10 février, Josiane Balasko était l’invitée de Laurent Delahousse dans 20h30 Le dimanche. Venue évoquer la sortie d’All Inclusive, le dernier film de Fabien Onteniente avec Franck Dubosc, mais également celle de son livre Jamaiplu, un recueil de nouvelles de science-fiction, la comédienne est également revenue ses engagements politiques.

Ainsi Josiane Balasko qui se définit “de gauche” même si elle n’est plus certaine de “ce que cela veut vraiment dire” de nos jours, en a donc profité pour apporter son soutien au mouvement des Gilets jaunes. “Je suis plutôt pour qu’il y ait une justice. C’est pour ça que les mouvements qui se passent en ce moment, je les trouve tout à fait salutaires, parce qu’ils font se poser des questions,” a-t-elle ainsi confié à Laurent Delahousse.

balasko

Mais quant le journaliste de France 2 lui a demandé ce qu’elle pensait du grand débat national, elle a plutôt semblé moquer la méthode d’Emmanuel Macron. “J’ai vu Questions pour un champion, moi, pour l’instant,” a-t-elle ainsi ironisé. “Si je fais la traduction : en gros, vous avez un champion qui serait donc le président de la République qui viendrait répondre à toutes les questions,” a tenté de reformuler Laurent Delahousse. “Il est fort, il a de l’endurance, chapeau ! Et ça le fait remonter dans les sondages,” a-t-elle ajouté visiblement peu ravie par la nouvelle.

contre les Gilets jaunes

Puis Laurent Delahousse a voulu interroger la comédienne sur François Berléand qui s’en est récemment pris au mouvement de contestation. “Moi, depuis le début, ils me font chier les Gilets jaunes,” s’est ainsi exclamé l’acteur de 66 ans au micro de RTL ce samedi 9 février ajoutant qu’il se moquait bien des conséquences que ses propos pouvaient avoir arguant sa liberté d’expression. “Les gens ont le droit de penser ce qu’ils ont envie de penser. Ce n’est pas non plus un délit, ce n’est pas un appel au meurtre qu’il a fait.

Il a simplement exprimé quelque chose qui lui paraissait logique, a d’abord réagi Josiane Balasko. Ça dépend qui le dit… Si Berléand est ouvrier et qu’il dit : ‘Ça me fait chier les Gilets jaunes !’, ça ne sera pas pris pareil que si Berléand est acteur et dit : “Ça me fait chier les Gilets jaunes !’ C’est juste la manière. Ce n’est même pas le contenu, c’est qui le dit,” a tout de même conclu l’actrice.

Laeticia Faubert

Je suis l'administratrice de du site, merci les filles.