Jean-Pierre Pernaut mis à la porte après les polémiques par TF1.

Gérer un JT n’est pas toujours des plus faciles. Jean-Pierre Pernaut ne le sait que trop bien. Aux commandes de l’édition de 13h sur TF1 depuis 2 ans.

S’il n’a pas fait l’unanimité avec un sujet consacré aux joueuses de l’équipe de France durant la Coupe du monde, Jean-Pierre Pernaut a néanmoins conservé sa place sur le fauteuil du JT… Mais pour combien de temps ?

le journaliste de 69 ans a fait de son rendez-vous un incontournable dans le quotidien des Français. Mais ces dernières années, Jean-Pierre Pernaut a essuyé pas mal de critiques.

En 2017, ses propos sur les migrants avaient choqué une grande partie des téléspectateurs. Cette année, c’est un reportage sur les joueuses de l’équipe de France de football qui a fait grincer des dents.

En cause : les images et les commentaires sexistes d’une vidéo validée par le présentateur. Depuis l’incident, le journaliste est la cible à atteindre.

Si certains pensaient que ces erreurs pouvaient lui coûter sa place, il n’en est rien. Jean-Pierre Pernaut va rester « le plus longtemps possible » selon Thierry Thuillier, directeur adjoint de l’information sur la chaîne :

« Il correspond plus que jamais aux attentes des Français et son enthousiasme est intact » a-t-il affirmé à Télé 2 Semaines.

Maladie

Les fans de Jean-Pierre Pernaut n’auront donc pas encore à faire leurs adieux à leur journaliste préféré.

Il y a quelques semaines, ce dernier évoquait d’ailleurs la fin de sa carrière : « Je ne me fixe pas de date, expliquait-il à Paris Match. Pour l’instant, tout va bien.

J’arrive le matin aussi motivé qu’il y a trente ans. » Le départ n’est donc pas prévu pour tout de suite.

Coronavirus : le coup de gueule de Jean-Pierre Pernaut contre les autorités

Un JT de 13 heures de TF1 sans Jean-Pierre Pernaut, ce n’est plus la même chose.

Depuis lundi 16 mars, l’animateur vedette de la chaîne a décidé de se « mettre à l’abri » chez lui pour « se protéger » du coronavirus, lui qui a eu un cancer « il y a un an ».

Heureusement pour les Français, il anime toujours une petite rubrique à la fin du journal, baptisée pour l’occasion « Le 13 heures à la maison ».

Jean-Pierre Pernaut

Interrogé par Le Parisien sur la situation, il fustige les décisions et les prises de positions du gouvernement.

« Je ne suis pas allé voter »

Pour lui, le constat est simple : « On a perdu du temps ». « J’en veux à tous ceux qui ont dit que ça n’arriverait pas en France.

Jusqu’à la première intervention d’Emmanuel Macron jeudi dernier, on nous demandait de nous laver les mains, puis de ne plus rendre visite aux personnes âgées en maison de retraite.

Mais il n’y avait pas de contrôle aux frontières, dans les aéroports », s’agace-t-il, rappelant qu’il s’en était « étonné à l’antenne, en faisant quelques remarques ».

L’animateur estime qu’« on n’a pas été assez alarmiste dès le début ». La faute notamment « aux jeunes », qui « ne se sont pas rendu compte que c’était grave ».

Jean-Pierre Pernaut

Autre mesure que Jean-Pierre Pernaut a trouvé folle : le maintien du premier tour des élections municipales. « Ce week-end, je ne suis pas allé voter.

Il était hors de question que je sorte de chez moi et prenne le moindre risque », explique-t-il.

L’animateur ne comprend pas non plus pourquoi les autorités ont « autorisé les supporters du match PSG-Dortmund à être à l’extérieur du stade il y a une semaine » et fustige le comportement des jeunes « inconscients » qui faisaient « la fête dans les rues de Paris » dimanche 15 mars au soir.

« Le monde entier devait nous regarder en se demandant ce qu’on faisait… Il aurait fallu dire plus tôt combien c’était dangereux », regrette-t-il.

Mais la vie continue pour l’un des animateurs préférés des Français, qui continue à distiller conseils et informations depuis le fond de son jardin.