Jean-Jacques Goldman vivrait un enfer, les détails.

Jean-Jacques Goldman : Un magazine français consacre un portrait au plus discret des chanteurs français qui s’est installé en Grande-Bretagne.

Jean-Jacques Goldman s’inquiète des conséquences du Brexit …


Il a quitté Marseille pour l’Angleterre à l’automne 2016, laissant Les Enfoirés et les fans sur leur faim, fidèle à la discrétion qu’il s’est toujours imposée.

Il revient malgré lui dans Paris Match, qui lui consacre cette semaine six pages où on voit l’artiste faire notamment son footing, saisi par les paparazzis dans les rues de Londres, où il vit désormais en famille.


Goldman a en effet fait une croix sur sa carrière pour s’occuper de ses trois filles Maya, Kimi et Rose (15, 14 et 12 ans) qu’il a eues avec Nathalie, professeure de mathématiques.

Chaque après-midi, raconte Match, il s’occupe d’elles dès leurs sorties des cours et participe régulièrement aux ateliers extrascolaires du lycée où elles sont inscrites.

La vie du chanteur, 68 ans, s’écoule dans une banlieue résidentielle de l’ouest de Londres, où il loue une villa : courses au supermarché, lecture de L’Équipe, footing régulier ou balade en Renault Espace, quand il ne prend pas le métro pour traverser Londres.

Jean-Jacques Goldman


Pas de caprices, d’achats bling-bling ou de train de vie démentiel : Goldman a toujours vécu sobrement, à l’écart des excès du show-biz.

L’une de ses grandes préoccupations du moment concerne le Brexit et le futur statut des résidents non britanniques, le fameux « settled status », qui permettra aux ressortissants européens de continuer à accéder aux prestations sociales et services du pays.

Selon Paris Match, Goldman est devenu un habitué du consulat général de France pour se renseigner sur les démarches administratives inhérentes à son quotidien d’expatrié et les changements que provoquera la sortie du Royaume-Uni de l’Europe.

Goldman

« Il m’en a parlé, confirme son ami chanteur Michael Jones au magazine. Il s’inquiète des conséquences du Brexit, comme nous tous, mais ça ne change rien à son existence.

Son séjour britannique ne durera pas plus longtemps que la scolarité de ses filles. »

Business en France

La suite =========>