Hugues Aufray : Son coup de gueule à l’hommage à Charles Aznavour.

Hugues Aufray se fache ! Aux Invalides, Emmanuel Macron a rendu un vibrant hommage à Charles Aznavour décédé à l’âge de 94 ans.

Une initiative décriée par certains artistes. Hugues Aufray aurait préféré une « traversée de Paris » à pied depuis les Invalides jusqu’à Montmartre pour rendre hommage à son « ami ». Explications.

hommage à Charles Aznavour

Le chanteur Hugues Aufray a critiqué ouvertement l’hommage national rendu à Charles Aznavour ce vendredi 5 octobre sur les ondes de franceinfo remettant en cause le lieu choisipar le gouvernement français:« La poésie de Charles Aznavour appartient au peuple, et les Invalides, ce n’est pas le peuple ».

Le 1er octobre dernier, jour du décès d’Aznavour, son « ami », comme tout le showbusiness, il avait fait part de son émotion face à sa disparition, saluant une « voix unique » qui « portait tout un pays en lui comme un arbre qui a des racines profondes ». Parmi les invités dans la foule, Jean-Paul Belmondo, très affaibli, mais aussi Michel Drucker.

Charles Aznavour

Alors forcément, aujourd’hui, Hugues Aufray est en colère, tout comme Michel Fugain. Selon lui, si l’artiste, mort à 94 ans, « aimait les hommages », il est convaincu « qu’entre l’hommage aux Invalides et l’hommage du peuple français, comme cela a été le cas pour Victor Hugo, il aurait préféré ça ». Avant de conclure : « Une traversée de Paris, à pied, depuis les Invalides. La foule, tout Paris, suivant le cortège jusqu’à Montmartre. C’est cela qu’il aurait fallu faire ». Si Hugues Aufray n’a pas été invité aux Invalides et qu’il « refuse de se battre pour avoir une petite place », n’y voyez là aucune rancoeur. Comme il l’explique si bien, Charles Aznavour “est confisqué par une élite, alors qu’il est populaire”. Dont acte.

Hommage à Charles Aznavour : les 4 erreurs d’Emmanuel Macron

Lors de son éloge funèbre à Charles Aznavour aux Invalides ce vendredi 5 octobre, Emmanuel Macron est épinglé à cause de quelques petites erreurs.

Ce vendredi 5 octobre, un public, immense, a fait ses adieux à Charles Aznavour. Un hommage national tenu aux Invalides, à Paris, en présence d’Emmanuel Macron et de son épouse Brigitte, du président et du Premier ministre de l’Arménie, de la famille du chanteur. Une cérémonie très émouvante, durant laquelle le chef de l’Etat français a rendu un discours vibrant. Un éloge funèbre qui comporte au moins quatre erreurs…

Emmanuel Macron

1. « Ce fils d’immigrés arméniens et grecs… », déclare le président. Sauf que Charles Aznavour n’était pas grec. La soeur du chanteur, Aïda, est effectivement née en Grèce, terre de passage durant l’exil de la famille, mais elle n’a aucune racine dans la péninsule.

2. “Sans jamais prétendre devenir comédien, il pu tourner dans 60 films« , continue Emmanuel Macron. La filmographie du chanteur du siècle est bien plus prolifique : elle compte 85 films.

coup de gueule

3. “On dit qu’au début de sa carrière, Charles Aznavour se trouvait trop petit, pas assez beau, n’aimait pas son timbre ni sa voix« lance Emmanuel Macron. Faux ! Grosse erreur. Ce sont les critiques français lors de ses débuts (dont un certain Philippe Bouvard) qui le trouvaient trop petit, laid et l’ont même baptisé “L’enroué vers l’or » quand certains écrivaient: « ll ne faut pas laisser un infirme monter sur scène ». Aznavour en a souffert mais il n’ a eu de cesse de leur prouver le contraire. Il disait n’avoir rien oublié. Aujourd’hui, la presse est unanime pour saluer le fantastique parcours et la carrière en or de Charles Aznavour. « C’est bien d’être connu, mais c’est mieux d’être aimé », disait-il.

4. »’L’indifférence’, ce texte qui ressemble à du Verlaine chanté sur un tango obstiné, ou ‘Le palais des chimères’, qui tient de la chanson des rues et de la ballade ancienne« , encense le président. Erreur : ce n’est pas Le palais des chimères mais de »nos » chimères…