Un ancien gendarme trouve deux chiens attachés au bord d’une rivière.

“Je les ai nourris et gardés jusqu’au lendemain. Comme je ne pouvais pas les identifier, faute de tatouages, j’ai prévenu la SPA de Toulouse et je les y ai emmenés” poursuit Bertrand Maury.

Des chiens enlevés par vengeance?

Il semblerait toutefois que ces chiens n’ont pas été abandonnés puisque d’après l’enquêtrice maltraitance à la SPA, le propriétaire, qui détient un âne, un cheval et des animaux de basse-cour, serait au-dessus de tout soupçon.

Haute-Garonne

Le propriétaire des deux chiens, un fermier de Saint-Paul-sur-Save a pu rapidement téléphoné pour identifier les chiens et les récupérer selon ce qu’indique la Société de protection des animaux.

D’ailleurs, l’enquêtrice s’était rendue, par le passé, après une dénonciation, sur les lieux afin de vérifier dans la ferme et n’avait rien constaté de particulier.

“On lui en veut très probablement, il a été victime d’une vengeance”, opine-t-elle.

Un record dans les abandons d’animaux

Selon la Société protectrice des animaux (SPA), jamais autant d’animaux n’ont été abandonnés en France que cet été. Ce triste record rend le SPA concerné.

“Nous avons dû faire face à un nombre d’abandons important, une trentaine par semaine, un tiers de plus que d’habitude. C’est beaucoup surtout qu’à cette période, les adoptions sont en baisse. Nous avons été obligés de refuser des animaux, de faire dormir des chiens dehors”, témoigne Claire Brissard, responsable de ce refuge à La Croix.

“En trois ans, le nombre d’abandons a augmenté de 20 % pour les chats et de 6,5 % pour les chiens”, précise Nicolas Dumas, directeur général adjoint de la SPA.

gendarme

ean-François Legueulle, délégué général de la Fondation 30 millions d’amis, conseille même d’éviter la fourrière puisque les animaux amenés en fourrière risquent l’euthanasie sous huit jours si personne ne les réclame.

Toutefois, abandonner un chat ou un chien est réprimé par la loi. Si le propriétaire est retrouvé, il s’expose à une peine de deux ans de prison et 30 000 € d’amende.