Françoise Hardy au plus mal veut en finir au plus vite ! Son témoignage en exclu …

"Ma vie est devenue tellement difficile avec la maladie que j'aimerais parfois partir pendant mon sommeil", confie la chanteuse et femme de Jacques Dutronc, Françoise Hardy.

Françoise Hardy, la célèbre chanteuse française et femme de Jacques Dutronc, au plus mal à cause de sa maladie ! Elle n’en peut plus et veut en finir, voici tous les détails …

La chanteuse Françoise Hardy s’est longuement confiée dans les colonnes de Merci-Maman. Elle revient sur sa maladie, et parle de sa peur de la mort.

La mère de Thomas Dutronc est revenue ce dimanche 3 juillet sur la maladie qui la ronge depuis tant d’années. Une interview profonde et sincère accordée à nos confrères de People Act Magazine.

Françoise Hardy maladie

Françoise Hardy : Une vie marquée par les cancers

Françoise Hardy a été la cible d’un cancer du système lymphatique puis du pharynx. Une maladie qui l’a obligée à pratiquer de nombreuses radiothérapies, pas moins de « 45 », précise la chanteuse.

Selon elle, celles-ci auraient provoqué une multitude d’effets secondaires. « L’absence définitive de salive et l’absence d’irrigation du crâne et de toute la zone ORL ont fait de ma vie un cauchemar », raconte-t-elle.

Un véritable traumatisme qui l’oblige aussi à manger lentement, « au moins cinq heures par jour ». Françoise Hardy qui évoque aussi ses « saignements de nez » et ses « quintes de toux et d’étouffement ».

Face à cette santé qui se dégrade, la compositrice révèle son côté philosophe et évoque sa vision de la mort.  » La mort n’est que celle du corps, qui appartient au monde matériel, mais pas celle de l’esprit (âme) que la mort physique libère et qui est d’une autre essence « , explique-t-elle avec ses propres mots. Une peur de l’après et de la « terrible souffrance de la séparation » avec ses proches.

Heureuse d’être en vie

Mais Françoise Hardy continue de se battre et se dit heureuse d’être en vie, même si « parfois » elle aimerait « partir pendant » son sommeil et ne pas « se réveiller ».

Elle s’est également confiée à 2021 dans les colonnes de L’Obs pour être favorable à l’euthanasie. « Qu’on laisse les malades incurables souffrir le martyre jusqu’à leur dernière minute, et que les médecins n’ont pas le minimum d’humanité nécessaire pour abréger leurs souffrances », accusait-elle.

« Ma vie est cauchemardesque » : les confidences de Françoise Hardy sur son état de santé.

Françoise Hardy, qui se bat depuis plusieurs années contre un cancer, s’est confiée au Journal du dimanche, dimanche 3 juillet, sur les conséquences dramatiques de ses 45 radiothérapies.

Sa parole est devenue rare. Françoise Hardy, chanteuse emblématique de l’ère yé-yé, a connu, ces dernières années, de graves problèmes de santé qui l’ont contrainte à abandonner la musique. En 2015, l’interprète de Tous les garçons et les filles avait été frappée de plein fouet par un cancer du système lymphatique, qui l’avait considérablement affaiblie.

Après s’être remise de cette maladie, sa vie a de nouveau été bouleversée après avoir été diagnostiquée d’un cancer du pharynx. Depuis, la mère de Thomas Dutronc doit lutter contre de nombreux effets secondaires douloureux, causés par les lourds traitements qu’elle a dû subir. Dans l’édition du Journal du dimanche publiée ce dimanche 3 juillet, Françoise Hardy a donné un aperçu de ce à quoi ressemble désormais sa vie avec la maladie.

Une vie « cauchemardesque »

« Depuis mes 45 traitements de radiothérapie, l’absence définitive de salive et l’absence d’irrigation du crâne et de toute la zone ORL ont fait de ma vie un cauchemar », a-t-elle déclaré dans les colonnes de l’hebdomadaire. Françoise Hardy a ensuite décrit son quotidien difficile, malgré des routines répétées pour tenter d’atténuer ses symptômes.

« Je passe au moins cinq heures par jour à me nourrir et je suis toujours menacée de saignement nasal à cause de mes narines trop sèches et bouchées malgré l’huile avec laquelle je les tapisse plusieurs fois par jour », a-t-elle ajouté.

Françoise Hardy déclare : « Je voudrais parfois partir dans mon sommeil ».

« Une hémorragie récente a encore asséché mon arrière-gorge, ce qui me fait tousser et m’étouffer », poursuit l’ancienne compagne de Jacques Dutronc. Si elle assure aujourd’hui être heureuse d’être en vie « pour son fils et son mari Jacques Dutronc, avec qui elle est toujours mariée malgré leur séparation », ainsi que pour ses amis, sa vie est tout de même devenue « si difficile » qu’elle pense parfois à sa fin, tant elle est épuisée.

Françoise Hardy

« J’aimerais parfois partir dans mon sommeil et ne pas me réveiller », avoue cette femme qui avait auparavant exprimé son désir de recourir à l’euthanasie. Mais cette procédure est encore illégale en France, à son grand regret. « Je n’aurai pas, hélas, le soulagement de savoir que l’on peut m’euthanasier, avait-elle alors déploré dans les colonnes de Paris Match. La France est inhumaine à cet égard ».