L’homme désire subitement divorcer et la réaction de son épouse est surprenante.

Quand je suis rentré à la maison ce soir-là, ma femme m’a servi à dîner. Je lui ai tenu la main et lui ai dit que je voulais divorcer, voici sa réaction.

« J’ai quelque chose à te dire. » Elle s’est assise et a mangé en silence. Une fois de plus, j’ai vu la souffrance dans son regard quand je lui es dis que je voulais divorcer.

Tout à coup, je ne savais plus comment faire pour ouvrir la bouche. Mais je me devais de lui partager ce que je pensais. « Je veux divorcer. » J’ai lancé le sujet calmement.

regard

Elle ne semblait pas être affectée par mes mots, au contraire, elle m’a gentiment demandé, « Pourquoi ? »

J’ai évité la question. Cela l’a énervé. Elle a lancé ses baguettes et m’a gueulé dessus, « Tu n’es pas un homme ! » Cette nuit-là, nous ne nous sommes pas parlé. Elle pleurait. Je savais qu’elle voulait savoir ce qui était arrivé à notre mariage. Mais je pouvais difficilement lui apporter une réponse qui lui plairait ; mon cœur ne battait plus pour elle, mais pour Jane. Je ne l’aimais plus. J’avais juste pitié d’elle !

question

Avec un immense sentiment de culpabilité, j’ai fait une ébauche d’un accord de séparation qui indiquait qu’elle pouvait jouir de notre maison, notre voiture ainsi que 30% des actions de ma société.

Elle y a jeté un bref coup d’œil et l’a ensuite déchiré en morceaux. La femme avec qui avait passé dix ans de sa vie avec moi était devenue une étrangère. J’étais désolé pour le temps qu’elle avait perdu, les ressources ainsi que l’énergie, mais je ne pouvais pas revenir sur ce que j’avais dit, car j’aimais éperdument Jane.

Elle s’est finalement effondrée en larmes devant moi, ce que je m’attendais à voir. Pour moi, la voir pleurer était une forme de délivrance. L’idée de divorcer qui m’obsédait depuis des semaines déjà semblait plus concrète et claire maintenant.

culpabilité

Le jour suivant, quand suis rentré très tard et j’ai vu qu’elle écrivait quelque chose, assise à la table. Je n’ai pas diné, mais je suis allé directement me coucher et j’ai pris sommeil très rapidement, car j’étais fatigué après une éprouvante journée avec Jane.

coucher

Le matin venu, elle a présenté ses conditions pour le divorce : elle ne voulait rien de moi, mais elle avait besoin d’un mois de préavis avant d’accepter de divorcer. Elle demandait à ce que pendant ce mois, nous nous efforcions tous les deux de vivre une vie aussi normale que possible. Ses raisons étaient toutes simples : notre fils avait son examen dans un mois, et elle ne voulait pas l’incommoder avec notre mariage qui battait de l’aile.

la suite …

Soyez informé sans attendre des nouveaux articles !

Merci pour votre inscription !

Cela n'a pas fonctionné.