La fille de Daniel Balavoine a dû se battre pour faire reconnaître son nom.

Daniel Balavoine : Elle porte son nom avec fierté, et elle s’est bien battue pour le faire. Joana Balavoine a obtenu la reconnaissance de son nom.

Un combat mené en utilisant des preuves peu orthodoxes pour la fille de Daniel Balavoine …

Elle dû passer pour cela par une longue bataille judicaire. La fille du chanteur Daniel Balavoine a expliqué ce combat dans un entretien publié dans Paris Match. Née en juin 1986, elle n’a jamais connu son père, qui est mort dans un accident d’hélicoptère cinq mois plus tôt, il y a exactement trente ans. A l’époque, les proches sont sous le choc, comme le couple de musiciens France Gall et Michel Berger.

Fille de Daniel Balavoine

Dès sa naissance, sa mère a souhaité qu’elle puisse porter le nom de son père. Et pour arriver à cette reconnaissance, Joana s’appuie sur des preuves peu communes, des interviews publiées dans la presse. “Juste avant sa disparition, papa avait plusieurs fois annoncé à des médias que maman était enceinte, ce qui attestait de la véracité des faits. C’est donc grâce aux journaux que je porte mon nom.” Joana Balavoine, qui s’était révélée dans un documentaire diffusé sur France 3, est chanteuse dans le groupe de rock Gentle Republic.

Elle est le fruit de l’amour de Daniel Balavoine avec Corinne, pour qui il avait écrit sa chanson L’Aziza. Contrairement à certains fils de célébrités, Joana ne cherche pas à faire oublier ses origines, revendiquant ce nom avec fierté : « Dans ce nom, Balavoine, il y a l’idée de se battre. Et il y a la voix. Si on va plus loin, on peut même y lire qu’il va falloir avoiner. Pourquoi je changerais un tel étendard ? Ça donne des ailes. » Une reconnaissance qu’elle a dû gagner devant les tribu

fierté

BIOGRAPHIE

Attirée par la musique depuis toujours, Joana Balavoine prend la relève et démarre une carrière dans la chanson. Longtemps restée discrète sur ce père qu’elle n’a jamais connu, c’est à l’occasion de l’anniversaire de sa mort qu’elle se livre enfin aux caméras à travers un documentaire.

La mort tragique de Daniel Balavoine survenue le 14 janvier 1986 lors du Paris-Dakar aura marqué les esprits de sa génération. Il laisse derrière lui un fils, Jérémie, et une fille, Joana, qui naîtra quelques mois après sa mort. Après un long combat judiciaire pour se faire reconnaître post-mortem par son père, c’est avec fierté qu’elle porte désormais son nom. Consciente de ce formidable héritage culturel, Joana apprend à le connaître à travers ses disques tout en découvrant la qualité de son travail.

Bercée dans son enfance par l’univers pop des années 80, elle compose avec DJ Phantom la musique électro du générique de l’émission Un jour, une heure, diffusée dès 2007 sur France 2. Puis, elle apparaît sur scène en compagnie de Marc Lavoine pour interpréter en 2011 un succès de son père : Sauver l’amour. Formant le groupe Gentle Republic avec Alexandre Mazarguil, la chanteuse sort en mars 2015 un premier EP de cinq morceaux suivi du clip du titre Better Run.

France Gall et Michel Berger : comment ils ont appris la mort tragique de leur ami Daniel Balavoine

La suite ===>

Soyez informé sans attendre des nouveaux articles !

Merci pour votre inscription !

Cela n'a pas fonctionné.