Convulsions, œdème cérébral : mise en garde contre certains miels vendus comme aphrodisiaques

miel de manuka

Les autorités sanitaires mettent en garde contre certains miels vendus comme aphrodisiaques. Ils y a des substances médicinales nocives.

Certains miels vendus en ligne comme aphrodisiaques naturels peuvent avoir de graves conséquences sur la santé. C’est l’avertissement lancé par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la Direction générale des douanes et droits indirects (DGDDI) et l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

miel de manuka

Ils pointent du doigt des denrées ou compléments alimentaires destinés à des fins aphrodisiaques qui contiennent en fait des substances médicamenteuses nocives.

Les analyses effectuées par le service commun des laboratoires de la DGCCRF et de la DGDDI sur ces miels montrent qu’ils contiennent des substances médicamenteuses actives non mentionnées sur les étiquettes, comme le sildénafil ou le tadalafil (principes actifs des médicaments utilisés pour traiter les troubles de l’érection).


ANSM
Agence nationale de sécurité du médicament

miel mutuelle

Quels sont les miels concernés ?

Ces produits sont vendus illégalement sur internet et promus sur les réseaux sociaux. Il s’agit notamment de certains miels comme le miel Black Horse et le Jaguar Power.

Dans la description de ces derniers, on peut lire qu’ils permettraient aux hommes de retrouver “le désir, l’énergie sexuelle, la libido” ou de traiter les “problèmes d’érection” ou “l’éjaculation précoce”.

miel aphrodisiaque

Quelles sont les conséquences de ces miels pour la santé ?

L’utilisation de ces miels peut avoir de graves conséquences sur la santé. Convulsions, hémorragies pulmonaires, œdème cérébral, insuffisance rénale aiguë, etc. De nombreux centres antipoison ont signalé plusieurs symptômes graves liés à l’utilisation de ces produits au cours des derniers mois. Certains cas ont conduit à une hospitalisation.


Ainsi, dès que l’un d’entre eux est identifié sur le marché, “il fait l’objet d’une surveillance attentive de la part des autorités compétentes”. C’était le cas du Black Horse la semaine dernière.

Si vous avez acheté ces miels, vous ne devez pas les consommer et les détruire. “Les personnes qui en ont consommé et qui présentent des effets indésirables sont invitées à consulter leur médecin ou à se rendre aux urgences”, précise l’ANSM.