Confinement : Doit-on se préparer à une troisième vague ?

La France ainsi que le reste de l’Europe connaissent actuellement une deuxième vague de l’épidémie et si il y avait une troisième vague ?

Si le cœur du problème réside actuellement dans la gestion, son intensité a également soulevé des questions sur ce qui se passera ensuite : peut-on envisager une troisième vague ?

La réponse est oui : une troisième vague est très probable. La deuxième vague d’épidémie n’a pas été une surprise en soi.

Les modèles épidémiologiques ont prédit une résurgence des cas vers la rentrée scolaire de 2020. Ces mêmes modèles n’ont pas arrêté leur simulation lors de cette deuxième vague, mais ont été projetés plusieurs mois plus tard, inspirés par exemple par des pandémies précédentes comme la grippe espagnole.

La propagation des épidémies tend en effet à se faire par période, mais c’est leur intensité qui est déterminante.

LES VAGUES SUCCESSIVES

Dans la modélisation fournie en mai 2020 par le Center for Infectious Disease Research and Policy (CIDRAP) de l’université du Minnesota, le premier scénario prévoit “des hauts et des bas” : une deuxième à l’automne 2020 ; une troisième vague au printemps 2021 ; une quatrième à l’automne 2021 et ainsi de suite, avec des vagues assez similaires.

confinement france

Dans le second scénario, ces épidémiologistes prévoient une seconde très élevée, suivie de nouvelles vagues d’une intensité beaucoup plus faible. Même le scénario optimiste proposait des “vagues” périodiques.

Le scénario 2 prévoyait une deuxième vague plus importante que la première.

Cette description de l’avenir de l’épidémie coïncide en partie avec le dernier avis du Conseil scientifique français. Dans leur rapport du 26 octobre, les membres ont noté la probabilité de “vagues successives”, à l’échelle de la fin de l’hiver/printemps 2021 … sans doute une troisième vague à venir.

macron

En l’absence d’une immunité collective suffisante (et étant donné que l’on sait peu de choses sur la durée de l’immunité chez les personnes guéries), “nous entrons ainsi dans la gestion successives de recrudescence (ne dépendant pas d’un caractère exclusivement saisonnier) jusqu’à l’arrivée des premiers vaccins et/ou traitements prophylactiques (2ème trimestre 2021 ?).

Nous avons donc de nombreux mois devant nous avec une situation extrêmement difficile”, explique le Conseil scientifique.

confinement total

LES ÉTATS-UNIS FONT FACE À UNE TROISIÈME VAGUE

La mécanique des vagues peut également dépendre de la région du monde. Alors que la France et l’Europe connaissent actuellement une deuxième , certains pays connaissent leur troisième vague en même temps.

C’est notamment le cas aux États-Unis, depuis la rentrée scolaire 2020. Après une première au printemps, vers le mois d’avril, le pays a connu une deuxième pendant l’été, en juillet, avant une troisième vague qui s’est accrue cet automne.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Olivier Papleux (@olivierpapleux)

La troisième vague a commencé dans certains États et s’est ensuite étendue à tout le pays. Le nombre d’hospitalisations est également en augmentation, à la traîne comme souvent, mais le nombre de décès est plus faible que lors des périodes précédentes.

Nouveaux cas par jour aux États-Unis de mars à octobre 2020 Les trois vagues sont observées // Source : NY Times

Covid-19

Il en va de même au Japon. Le pays a été assez bien épargné par la pandémie, mais l’existence des vagues est indépendante de leur intensité : c’est un pic qui fait suite à une dépression.

Par conséquent, la résurgence est en soi un problème de santé, afin qu’elle ne devienne pas exponentielle.

Dans ce cas, comme le Japon en a connu une au printemps puis en été, le rebond actuel “pourrait être considéré comme une troisième vague”, selon Toshio Nakagawa, président de l’Association médicale japonaise, le 12 novembre.

SE PRÉPARER A UNE TROISIEME VAGUE

attestation confinement

Cette mécanique des ondes est cruciale pour comprendre les problèmes sous-jacents à la gestion de l’épidémie. La possibilité d’une deuxième vague a probablement été peu considérée pendant les vacances de printemps, ce qui a entraîné une deuxième crise sanitaire pendant cette période.

Pour le Conseil scientifique, l’objectif est de tirer les leçons des erreurs de la précédente décontamination.

En effet, nous devons commencer à tirer les leçons de l’échec relatif de la stratégie “TestTracer-Isoler” pendant la période de mai à septembre 2020.

C’est la seule stratégie, associée à des mesures d’éloignement physique pour ne pas arriver à une troisième vague, qui permette de contrôler la circulation des virus, comme cela a été démontré dans un petit nombre de pays d’Asie du Sud-Est. »

troisième vague

Les membres du Conseil ont ensuite indiqué que des mesures de confinement devraient être utilisées pour repenser cette stratégie et la mettre en œuvre de manière plus robuste, afin de contenir l’épidémie pendant la décontamination, en prévision et surtout d’une troisième vague.

L’avis du Conseil scientifique ajoute qu’une stratégie d’activation et de désactivation des mesures restrictives de type confinement peut être envisagée, en fonction de chaque vague, ou, comme en Allemagne, en optant pour une stratégie qui “implique une action ferme et précoce sur chaque foyer”.

Confinement

Pour le dire clairement : le principe doit être intégré dans la sensibilisation du public, mais aussi dans les politiques publiques de gestion de la crise sanitaire.

le figaro en parle aussi, épidémie de covid-19 : Doit-on s’attendre à une troisième vague ? A lire